jeudi 4 octobre 2007

Revue de presse

Heureusement il n'y a pas que le Courrier Picard et Morandini pour parler du Festival, les autres journaux en parlent aussi...en bien cette fois !!!

Voici quelques articles:
Article paru dans l'Union Champagne-Ardennes Picardie le 25 septembre 2007

Festival du film grolandais : une troisième édition sécurisée







Dimanche, la fréquentation du festival atteint son niveau maximum.

Ce week-end, la ville de Quend-Plage-les-Pins s'est transformée pour accueillir le troisième festival du film grolandais.Groland c'est quoi ?

Raymond Défossé, cofondateur du festival avec Benoît Delépine répond : « Ces films ne sont pas à gros budget. Ce sont des films de la Galaxie Groland, c'est-à-dire décalés, qui tranchent avec ce qu'on peut voir à la télévision ».

Groland, c'est une habitude sur la Côte Picarde maintenant, les gens viennent de toute la France pour assister à ce festival un peu atypique.« On vient pour l'esprit de camaraderie», explique Mathieu Secq, un festivalier. «On vient du Havre et on a rencontré des gens qui organisaient du co voiturage pour se rendre ici.Cette année, c'est plus calme, il y a moins de concerts mais on est venu pour faire la fête », raconte Géraldine Belin, une festivalière.

La présence des forces de l'ordre et de la Croix-Rouge française est plus accentuée cette saison pour garantir une meilleure sécurité.

Cosmopolite, ce « bordel organisé » comme le dit Gustave de Kervern misait sur la culture cette année, en partie à cause des deux précédents festivals, réputés pour avoir été trop festifs malgré leur grande richesse culturelle.

Ainsi, cette année, il y avait trois fois plus de projections (une trentaine de films) et 9 films étaient en compétition.Le jury présidé par Yolande Moreau a récompensé « Toi qui est vivant », film de Roy Anderson, déjà récompensé au festival de Cannes.

Ses films sont faits d'une suite de séquences apparemment sans lien les unes avec les autres.

Ce réalisateur suédois nous montre par ce film que l'homme est dépendant des autres et fait régner une atmosphère de fin du monde pour rire.

Gromanche (dimanche), dernière journée du festival, Yvan le Bolloch' et son groupe «ma guitare revient» ont chauffé la scène.

De quoi avoir envie d'y retourner l'an prochain.






En voici un autre paru sur le site de la Préfecture de la région Picardie, préfecture de la Somme le 20 septembre 2007

La sécurité routière au festival du film grolandais

Un stand sécurité routière sera présent sur le festival du film grolandais de Quend-Plage-les-Pins, les 21, 22 et 23 septembre 2007.

L'une des vitrines nationales de " l'esprit Groland " est le festival du film grolandais qui se déroule tous les ans à Quend-plage depuis 2005. Au-delà de l'aspect cinématographique (les organisateurs du festival cherchent à promouvoir, entre autres, des films un peu décalés), ce festival est l'occasion de faire la fête au milieu des acteurs qui ont imaginé pour Canal+ la « Présipauté de Groland », comme Benoît Delépine ou Jules-Édouard Moustic.

L'année 2007 marque la troisième édition de ce festival. Petite nouveauté de ce millésime : la présence, à l'initiative des organisateurs (qui consacrent cette année 1% de leur budget à la sécurité routière), d'un stand du bureau de la sécurité routière de la préfecture de la Somme, qui profite de la portée nationale de l'événement pour délivrer un message en direction des festivaliers. C'est sur l'alcool au volant que sera porté le message du stand de la sécurité routière, qui distribuera des éthylotests à l'effigie d'une amphore, l'emblème de la Présipauté de Groland. Les personnes qui estimeront avoir trop bu pourront donc se tester afin de savoir si elles sont aptes ou pas à reprendre le volant. Si ce n'est pas le cas, ces personnes auront la possibilité de s'allonger dans des transats afin de se reposer et de ne repartir que lorsque les effets de l'alcool se seront dissipés. Elles pourront même se faire examiner par une équipe de la Croix-Rouge dépêchée sur place.
Le but de l''opération est de faire en sorte d'éviter les accidents, car il faut rappeler que la conduite en état d'ébriété est la deuxième cause de mortalité sur les routes de France.

Afin d'assurer la sécurité des festivaliers et des riverains, la gendarmerie nationale déploiera également un important dispositif, destiné à éviter que des excès ne viennent perturber cette fête populaire et à permettre à chacun de profiter en toute sécurité des animations organisées.

Et enfin un article paru dans La Voix du Nord le 2 octobre
Gueule de bois pour le festival de Quend du film grolandais

Un rapport de gendarmerie « dézingue » le festival de Quend du film grolandais en le comparant à « une beuverie infâme ». Ulcérés, les organisateurs titubent, mais comptent bien resservir une quatrième tournée.Les gendarmes picards ne goûtent pas l’humour éthylique des ressortissants du Groland, délirants personnages de Canal+ (notre page « On vous en dit plus » du 22 septembre). Aux yeux des forces de l’ordre, la troisième édition du festival de Quend du film grolandais qui s’est tenue du 21 au 23 septembre n’est que « symbolique et sert de justification à une beuverie infâme ».
De quoi donner des aigreurs à Marc Volant, maire de la petite ville de la baie de Somme : « De l’alcool, il y en a dans tous les festivals, voyez ce qui se passe au carnaval de Dunkerque ! Oui, il y avait de l’alcool, mais pas plus qu’ailleurs. Ce serait réducteur de ne retenir que ça. Cette manifestation est avant tout un festival de cinéma de qualité. » Certes quelques personnages « s’apparentant plus à des raveurs » semblaient moins tenir au septième art qu’au goulot de leur bouteille. « Après une première année à l’ambiance très saine, c’est une population qu’on a vu arriver lors de la deuxième édition car il y avait des concerts dans les rues, note le président de l’office de tourisme de Quend, Vincent Garin. C’est pourquoi cette troisième édition a été recadrée sur le cinéma, mais l’information n’est pas parvenue à tout le monde… » Si beuverie il y a eu, il assure que « ça ne concerne qu’une petite minorité sur 25 000 festivaliers ». D’ailleurs, dans son camping, complet tout le festival, il n’y a eu « aucun incident ». Conscient que « le parfait n’existe pas », le maire de Quend souhaite que la manifestation s’améliore l’année prochaine pour sa 4e édition afin de « continuer à faire un festival de cinéma de qualité ». Santé et longue vie, comme on dit ! •
DAVID MONNERY
Lien vers l'article

1 commentaire:

Alex a dit…

Salut, il sait passer bcq de chose a ce festival, un rapport de gendarmerie avec une présence très remarquais. Mais tous ce que j'espère c'est que le recentrement du festival sur le 7ième art que je trouve également préfèrable plusqu'il est destiné a cela, (mais quelque événement culturelle plus nombreuse en dehors des films pas forcement des concerts serait sympathique), enfin bref j'espere tous simplement que ce recentrement ne cannisse pas se festival. Et oui il ne faudrais pas que la carricature devienne la copy innegaler. J'ai deja fais le festival de canne deux fois je peut vous dire mondieux comme c'est chiant...
Et on sent que les organisateurs ne veulent plus sent prendre a notre président on t'il peur de lui mdr